Si le changement est à l’initiative d’un plus grand nombre, il n’est plus subi. Il devient un véritable mouvement de fond qui s’inscrit dans la culture d’entreprise. Une remise en cause des usages à instaurer avec subtilité et simplicité.
La mise en mouvement des fondements de l’entreprise
Il est rarement utile de convaincre de la nécessité de changer. Chacun sait que tout évolue et évolue vite voire de manière accélérée aujourd’hui. Simplement, le changement do it avoir un sens à l’échelle individuelle et collective. Par contre, comment procéder pour faire adhérer à la nature du changement, motiver et convaincre du bienfondé d’agir autrement ?
Surtout si ce bienfondé est réel à l’échelle du collectif et partiel à l’échelle personnelle ou inversement. D’autant que quoiqu’il soit, il demande un effort particulier, voire une remise en cause des habitudes. Toutes les situations ne peuvent correspondre aux aspirations de tous.
Par ailleurs, les environnements socioéconomiques évoluent de plus en plus rapidement sous divers effets dont le volume et la vitesse de propagation de l’information. L’entreprise dans son organisation et son fonctionnement a pour paradigme de conduire des changements par étape pour assurer une certaine stabilité et rassurer le collectif. Et ce changement vient le plus souvent en réaction plus qu’en anticipation d’un contexte. Il y a donc progressivement un déphasage qui s’installe en réponse à cette inertie entre l’évolution même de l’entreprise et l’évolution de son écosystème.
Le paradigme de la conduite du changement pourrait et devrait être transformé par une mise en mouvement permanente qui s’inscrit dans un cadre stratégique clair. L’entreprise doit devenir un univers en expansion qui se transforme de manière continue pour s’adapter et évoluer dans son écosystème et dans son environnement sociétal. Elle doit être malléable et en capacité de s’adapter naturellement à son « milieu de vie » avec une certaine flexibilité et agilité.
Inscrire le mouvement dans la culture, dans la conscience collective et individuelle, dans la façon d’agir de tous les acteurs devient essentiel et incontournable. Le changement ne doit plus être compris et accepté par tous, il devient mouvement permanent à l’initiative de tous. Il est naturellement l’affaire de tous parce que c’est la recherche continue de la perfection.
L’avis de chacun et de son propre entourage a une influence prépondérante sur la volonté de découvrir quelque chose de nouveau. À l’image des applications telle que TripAdvisor, nous constatons que la majorité des personnes tiennent aujourd’hui davantage compte de leurs pairs que d’experts. Si un restaurant récolte de bonnes appréciations, il a de forte chance de développer très vite sa clientèle. Les clients potentiels ont plus confiance dans l’avis des autres clients que des critiques gastronomiques ! La mise en mouvement trouve donc aussi sa source dans ces influences entre pairs à partir du moment où il y a des initiatives individuelles.
La force de l’initiative individuelle pour révéler tout son potentiel à l’échelle collective doit néanmoins agir dans un système de jeu partagé. Un système de jeu qui affiche un sens, une direction, une vision et surtout qui donne les moyens d’agir de manière cohérente et collective pour atteindre un objectif commun. Sans cela, la somme des actions individuelles crée des forces contraires qui conduisent au chaos et annihilent tout espoir de performance.
Un système de jeu c’est tout à la fois une stratégie, une tactique, une utilisation de ses compétences, de ses atouts… pour être performant. Il nécessite un leadership pour fédérer et pour préserver la simplicité du système. Parce qu’un système simple d’usage reste un système dont le mouvement est sous contrôle.
Un leadership de la simplicité qui crée de l’enthousiasme en formulant des objectifs atteignables, qui encourage, libère et accompagne les initiatives individuelles et qui se décentre avec empathie pour favoriser l’œuvre collective.
La fierté de ce leadership de la simplicité, c’est finalement de procurer, à tous les acteurs du collectif, la fierté d’appartenance à un système de jeu qui engendre une réussite collective. Laquelle est d’abord une réussite individuelle.
À l’image du Tai Chi, un art martial qui s’accompagne d’une philosophie du lâcher prise et de la recherche méthodique du geste parfait et équilibré, le leadership de la simplicité ne peut se concevoir qu’en adoptant une nouvelle philosophie et en identifiant de nouveaux repères. Inlassablement, le pratiquant du T’ai Chi prend le temps de se déconnecter de son environnement et du temps à la recherche d’une harmonie intérieure. Laquelle va lui permettre de répéter sans fin un même ensemble de gestes simples, une forme, au ralenti pour se l’approprier et le perfectionner continûment en modifiant de tous petits détails à chaque progression. C’est à la fois un art qui privilégie l’esthétisme (du mouvement, de la posture), l’écoute de son corps, la recherche d’équilibre, l’harmonie intérieure, la recherche de la perfection… Un art du mouvement maîtrisé, souple, fluide et continu.
Une école de la vie, une voie vers la sagesse tout en restant en mouvement avec simplicité. Les simplicity box proposées s’appuient sur les réalités de l’entreprise, ses besoins de changement pour apporter un nouveau paradigme de la conduite du changement avec la fluidité du mouvement perpétuel.

Autres Ouvrages disponibles

Les 9 fondamentaux de la concertation sociale

Le mode d’emploi opérationnel de la concertation sociale La concertation sociale est un enjeu majeur pour les entreprises. ETHICS Group porte cette assertion avec force et conviction non sans fondements. Nous en avons même identifié neuf pour appuyer cette nouvelle...

Les 9 fondamentaux de la simplicité

Pourquoi aborder la simplicité dans le sillage de la transformation de nos entreprises ? Nous évoluons dans des systèmes qui sont de plus en plus compliqués à appréhender par tous les individus que nous sommes. Que ce soit le système économique et financier, le...